Il ira dans l’espace avec sa propre fusée pour prouver que la Terre est plate…

Persuadé d’un complot mondial, Mike Hughes, un Américain originaire de la Californie souhaite prouver l’inverse à la population terrestre.

C’est ce samedi en Californie, que devrait décoller l’homme de 61 ans. Sa fusée, fonctionnant à la vapeur devrait atteindre une altitude de 550 mètres avec une vitesse d’environ 850 km/h.

«Ça fait vraiment peur, mais personne ne sortira vivant de ce monde», à déclarer Hughes.

Une fois à la bonne altitude, Mike souhaite prendre des photos afin de prouver au monde que la Terre est plate.

Le lancement, initialement prévu pour février 2016, a dû être reporté en raison de diverses raisons, surtout économique, l’homme souhaitait récolter 150 0 00 $US pour la fabrication de son engin, mais il n’a reçu qu’une somme d’environ 8000 $US sur des sites comme GoFoundMe ou KickStarter.

Hughes en est pas à sa première expérience dans l’espace. En 2014, il avait réussi un vol de 400 mètres au-dessus de la ville de Winkelman, en Arizona. Toutefois, les configurations de sa fusée étaient faites en considérant que la Terre était ronde.

En savoir plus >>>


IMAGE À LA UNE : MIKE HUGHES | ÉCRIT PAR CHARLES-DAVID ROBITAILLE | NOUS SIGNALER UNE ERREUR D’ORTHOGRAPHE OU AUTRE

 

Il y aurait beaucoup plus d’eau sur la Lune que ce que nous pensions

De nombreux examens et expériences avaient été fait dans le passé afin de découvrir des traces d’eau sur la Lune. Les scientifiques avaient conclu qu’il y avait de l’eau en quantité négligeable sur notre satellite. Toutefois, une sonde indienne vient de prouver le contraire.

Les échantillons de roches lunaires rapportées par les missions Apollo  laissaient déja sous-entendre la présence d’eaux dans le manteau lunaire. Les données recueillies par la sonde indienne Chandrayaan-1 viennent seulement confirmer les hypothèseS des scientifiques.

En savoir plus >>>


Image à la une : NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Il y a 5 ans de ça (Curiosity)

Samedi le 5 août marquait une journée importante dans l’histoire de l’exploration spatiale. 

Il y a maintenant 5 ans que le rover martien Curiosity contemple les magnifiques paysages de Mars. Pour l’occasion la NASA a publié une vidéo dans laquelle nous pouvons voir toutes les phases d’atterrissage du robot. Sous le nom de 7 minutes of Terror la vidéo de l’agence spatiale américaine a été regardée prêt d’un demi-million de fois.

Regardez la maintenant :

 

 

Visionnez les images de Mars prisent par Curiosity ici


Image à la une :  NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Les catalogues d’objets célestes

Les catalogues d’objets du ciel profond

Ils répertorient des objets célestes non stellaires. On y trouve des amas ouverts ou globulaires, des nébuleuses et des galaxies. L’immense majorité des objets de ces catalogues sont invisibles à l’œil nu.

Ce sont de véritables références pour les astronomes amateurs, que ce soit pour l’observation visuelle, ou pour l’imagerie.

 

  • Le catalogue Messier

Il s’agit d’un recueil de 110 objets d’aspect diffus appartenant au ciel profond. Il a été initié par l’astronome français Charles Messier en 1774, dans le but d’aider les chercheurs de comètes à éviter ces objets parasites.

Le catalogue Messier est aujourd’hui le catalogue d’objets le plus connu des astronomes amateurs. Les objets sont notés par la lettre M suivi d’un numéro. Il comprend les objets du ciel profond les plus célèbres.

Exemples : M31= la galaxie d’Andromède, M45= l’amas ouvert des Pleïades, M42= la grande nébuleuse d’Orion…

La liste complète des 110 objets de Messier en cliquant : ici

 

  • Les catalogues NGC et IC

 Le catalogue NGC (New General catalogue)

C’est le deuxième catalogue le plus connu des astronomes amateurs. Il contient 7840 objets du ciel profond recensés par John Dreyer en 1888. C’est un élargissement du General Catalogue de William Herschel, paru en 1864, auquel il apporte de nombreuses améliorations. Il est à noter que les objets de Messier appartiennent aussi au catalogue NGC (Ex : M31 = NGC224.)

Les objets du NGC sont classés en fonction de leur ascension droite, ce qui permet de déduire directement le meilleur moment de l’année pour les observer, en fonction du numéro. Ainsi, les objets compris entre 0 et 2000 sont observables les soirs d’automne, ceux compris entre 2000 et 4000 les soirs d’hiver, ceux compris entre 4000 et 6000 les soirs de printemps et ceux compris entre 6000 et 7840 les soirs d’été.

Quelques exemples d’objets très connus du catalogue NGC : NGC7293 = la nébuleuse Hélix, NGC884 et 869 = le double amas de Persée, NGC 7000 = la nébuleuse Amérique du Nord.

Tous les objets du catalogue NGC sont : ici

 

 Le catalogue IC (Index catalogue)

C’est un complément du catalogue NGC. John Dreyer ayant poursuivi ses recherches après la publication du NGC, il présenta en 1908 un catalogue complémentaire de 5 386 objets, le catalogue IC. Celui-ci porta le nombre d’objets répertoriés par Dreyer à plus de 13 000.

De manière générale, les objets du catalogue IC sont plus difficiles à observer que ceux du NGC. Mais il y a quelques exceptions. Par exemple IC418 est une très belle nébuleuse planétaire dans le Lièvre.

  • Les catalogues de nébuleuses Barnard, et Sharpless

Le catalogue de nébuleuses sombres de Barnard

Publié en 1923, le catalogue de Barnard regroupe 366 nébuleuses obscures. Elles sont classées par ordre de découverte, et notées B suivi d’un numéro.

La plus connue d’entre elles est la nébuleuse de la Tête de Cheval : B-33

 

Le catalogue Sharpless (Sh2)

C’est une liste de 313 régions HII (nébuleuses en émission), publié en 1959, située au nord de la déclinaison –27°. Elles sont notées par les termes Sh2-, suivis d’un numéro. Les 313 objets du catalogue se chevauchent avec de nombreux autres catalogues, comme Messier et NGC.

Exemples : Sh2–25 = M8 la Lagune. Sh2-220 = NGC1499 la nébuleuse Californie. Par contre Sh2-101, la nébuleuse de la Tulipe, n’est référencée dans aucun autre catalogue.

 

  • Le catalogue d’amas de galaxies Abell

La dernière version de ce catalogue a été publiée en 1989 par l’astronome américain George Abell (assisté par Harold Corwin et Ronald Olowin ). Il regroupe 4073 amas galactiques dont le redshift est compris entre 0,02 et 0,2.

La plupart des amas de ce catalogue sont de faible magnitude mais quelques-uns sont accessibles avec des instruments modestes. En voici trois exemples parmi les plus connus :
Abell 1656 = l’Amas de Coma. Il contient les galaxies NGC 4884 (mag 11,5) et NGC 4872 (mag 11,7) distantes de 310 millions d’années-lumière.
Abell 1367 = l’Amas du Lion. Il contient la galaxie NGC 3842 (mag 11,8) située à 298 millions d’années-lumière.
Abell 2199. Cet amas situé dans la constellation d’Hercule contient la galaxie NGC 6166 de mag 11,8. Cette galaxie est probablement la plus lointaine du catalogue NGC qui soit accessible dans un instrument modeste. Elle est distante de 465 millions d’années-lumière. C’est en fait un quasar (3C 338.0) ce qui explique sa forte luminosité.


Source : DINASTRO Observatoire Visker-BiscarmiauS | Écrit par Richard Martin | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Mars, hors de portée pour la NASA

L’agence spatiale américaine a annoncée cette semaine comme quoi Mars était hors de portée au niveau économique.

La NASA n’a pas le budget nécessaire pour atteindre la planète rouge dans les temps prévu. Le projet est donc remit et déjà, les ingénieurs travaillent sur autre chose qui pourrait être plus économique pour l’agence.

En savoir plus >>>


Image à la une : Seul sur Mars | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autres

Une planète pas comme les autres

Des chercheurs anglais et français ont fait une découverte unique en examinant la composition d’une exoplanète à 40 années-lumière de la Terre.
55 Cancri-e, le nom donné à cette planète au diamètre double de la Terre à une composition très rare. Plutôt d’être recouverte d’eau et de granite, 55 Cancri-e serait formée de graphite et de diamant. Vous ne rêvez pas, il y a bel et bien une planète dans notre univers rempli de diamant. Toutefois, ses températures extrêmes empêchent toutes formes de vies.

121012_ha9cu_exoplanete-55cancri-e_sn635.jpg
Illustration de l’intérieur de la planète | Source : Université de Yale-Haven Giguere

Découverte lorsqu’elle passait devant son étoile en 2011, 55 Cancri-e a fait l’objet de nombreuses études. Les astronomes nous pas terminés de nous impressionner avec ce genre de découverte.

En savoir plus >>> 


Image à la une : YourDiamondTeacher  | Écrit par René Germain | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Étoile ou planète?

De nos jours la recherche spatiale est principalement concentrée sur les découvertes d’exoplanètes (planètes appartenant à d’autres systèmes solaires). Parfois, les études démontrent que certaines d’entre elles seraient aptes à la vie humaine. Toutefois, ce n’est pas le cas de tous.
Kelt-9 b, exoplanète découverte par une équipe d’astronomes en Arizona, serait selon les chercheurs, la planète la plus chaude jamais découverte. Avec une masse 3 fois plus importante que celle de Jupiter, Kelt-9b pourrait atteindre les 4 300 degrés Celsius sur sa face de jour. Cette température est plus élevée que celle dégagée par les étoiles naines rouges et naines brunes. Cependant, elle est loin de battre son étoile en matière de chaleur, puisqu’il s’agit de l’étoile bleue du type A, comparable à Sirius (Minimum de 6 000 degrés Celsius).

Ce qui est sur, c’est qu’aucun humain ne pourra habiter la planète et que les chercheurs ont déjà rayé la possibilité de la coloniser.

En savoir plus >>>


Image  à la une : NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Bételgeuse, au bord de l’explosion

L’étoile Bételgeuse, située dans la constellation d’Orion attire l’attention des chercheurs.
Suite à des observations faites avec l’aide des instruments astronomiques du Chili (ALMA), les astrophysiciens peuvent affirmer avec assurance que l’étoile la plus brillante de sa constellation est en fin de vie. Effectivement, les images prises démontrent comme quoi Bételgeuse pourrait exploser à tout moment pour créer une supernova.

1035376-betelgeuse-alma.jpg
Source : ALMA

L’événement peut se produire entre aujourd’hui et 1 000 000 d’années, il n’y a donc aucune date précise à propos de son explosion. Ce qui est sur, c’est que cette événement ne passera pas inaperçu, lorsque Bételgeuse explosera, elle deviendra visible même le jour et brillera autant que la Lune et ce pour quelques mois

Une supernova, c’est quoi?

<< Une supernova est l’ensemble des phénomènes conséquents à l’explosion d’une étoile, qui s’accompagne d’une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa luminosité. Vue depuis la Terre, une supernova apparaît donc souvent comme une étoile nouvelle, alors qu’elle correspond en réalité à la disparition d’une étoile. >>  Source Wikipédia

Keplers_supernova.jpg
Exemple de supernova | Source : NASA

Image à la une : Youtube | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

7 infos à savoir sur la NASA

Visionnez cette vidéo portant sur la NASA réalisé par le vidéaste français Doc Seven.

Plusieurs thèmes sont abordés concernant la NASA.

N’hésitez pas à visiter sa chaîne Youtube : Doc Seven


Image à la une : NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

SpaceX réussit 2 lancements en 48 heures

SpaceX a réussi la fin de semaine dernière à lancer deux fusées en 48 heures.
Les dirigeants de la compagnie privée américaine en ont eu plein les bras en fin de semaine alors qu’ils devaient lancer 2 fusées en 48 heures.
Les 2 missions que SpaceX devait accomplir étaient celle de BulgariaSat-1 et celle d’Iridium-2. Le premier lancement s’est déroulé en Floride, au Centre Spatial Kennedy. Pour le second, c’est depuis une base militaire en Californie qu’il a été lancé. Il y a eu récupération des premiers étages sur les 2 lancements, chacun sur leurs barges respectives.

Voici la rediffusion du lancement de BulgariaSat-1 :

 

Voici la rediffusion du lancement d’Iridium-2 :

Le prochain lancement de SpaceX est prévu pour le 3 juillet 2-17, selon nos sources, aucune récupération d’étage ne devrait avoir lieu.


Image à la une : SpaceX | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre