SpaceX récrient l’histoire une fois de plus

Pour SpaceX la date du 6 février 2018 marque un jour important dans leur histoire. Suite à de nombreux reports le lancement de la Falcon Heavy eut finalement lieu. Initialement prévu en 2016 et puis retard la fin 2017, le lanceur de la compagnie privé finit par prendre son envol à 15h45 EST exactement.

 

Printed on the circuit board of a car in deep space

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

À une minute du lancement nous pouvions déjà sentir la fébrilité dans le quartier général de SpaceX en Californie. C’est tout en cœur que les employés ont effectué le traditionnel compte à rebours. Le lancement est enfin confirmé quand les 27 moteurs Merlin du lanceur lourd l’allumèrent et propulsèrent la fusée vers le ciel.

 

 

T+ 00: 01: 06 (une minute et six secondes après le décollage) la Falcon Heavy atteint sa vitesse Max-Q, vitesse à laquelle la pression aérodynamique est la plus élevée sur le fuselage de la fusée, une fois passé cette étape cruciale, le risque d’échec est faible. Aucun problème n’est décelé, tout le monde est soulagé.

 

DVXbp4NUMAAdXcA.jpg

 

Deux minutes et 33 secondes après l’allumage des moteurs les deux boosters collatéraux se séparèrent de l’étage principal et effectuèrent leur  »boost back burn » procédure dans laquelle les boosters orientent leurs moteurs vers la direction dans laquelle ils vont afin d’y mettre plein gaz et pouvoir revenir se poser sur Terre.

34 secondes plus tard c’est au tour de l’étage principal d’effectuer la même manœuvre juste après avoir largué le deuxième étage de la fusée. Encore une fois l’entreprise américaine peut ajouter une autre étape du lancement dans sa liste de succès.

C’est sous la musique Life on Mars de David Bowie que la coupole se déploie nous laissant admirer la fabuleuse Tesla Roadster rouge cerise 2008 d’Elon Musk avec à son bord nul autre que le premier astronaute de SpaceX : Starman

 

 

Comme prévu SpaceX tentait, dès le premier vol, la récupération des deux boosters ainsi que de l’étage central. Une opération qui s’est avérée être un succès historique accompli par l’entreprise. De façon synchronisée les deux propulseurs collatéraux se sont posés sans encombre à quelques mètres seulement les uns des autres.

 

 

Malheureusement, ce n’est pas le même sort qui attend l’étage principal. Il s’écrase à quelques pieds de la barge suite à un problème avec deux des trois moteurs avec lesquels la fusée devait réduire sa vitesse. L’immense cylindre s’est cassé à une vitesse d’environ 480 km/h directement dans l’océan Atlantique.

On the rocket LZ

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

 

Malgré ce petit accrochage SpaceX considère ce lancement comme un succès. C’est plus tard en soirée que la Tesla de Musk effectuait sa dernière poussée vers la planète Rouge. La poussée produite est trop puissante et la Tesla ratera Mars. Elle se dirige maintenant droit sur la ceinture d’astéroïdes primaire. C’est le 6 octobre 2020 que la Tesla du milliardaire devrait frôler Mars à 18 fois la distance Terre-Lune.

 

27629453_400063033787311_5085876460609441621_o.jpg

L’entreprise prépare déjà le prochain lancement de sa fusée lourde qui serait, selon des rumeurs, prêt pour l’été 2018. On apprenait aussi dans une conférence de prélancement que SpaceX n’ouvrirait pas la porte au tourisme spatial autour de la Lune et préfère se concentrer sur la conception des BFR et BFS, les premiers tests devraient être effectués en 2019 selon Elon Musk.

 

Last pic of Starman in Roadster enroute to Mars orbit and then the Asteroid Belt

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on


IMAGE À LA UNE : SPACEX | ÉCRIT PAR CHARLES-DAVID ROBITAILLE | NOUS SIGNALER UNE ERREUR D’ORTHOGRAPHE OU AUTRE

Dévier un géocroiseur, un projet signé NASA

Enfin d’éviter une éventuelle collision avec un astéroïde, la NASA souhaite mettre au point une sonde pour pouvoir dévier la trajectoire de ce dernier.
Le but de l’agence spatiale américaine serait de développer une sonde appelée DART (Double Asteroid Redirection Test) afin de faire dévier un géocroiseur de sa trajectoire pour éviter une collision avec la Terre.
C’est l’astéroïde Didymos qui sera visé par la NASA. Si tout se passe dans les temps, la sonde américaine pourrait atteindre sa cible d’ici 2022.

Voyez ici de la façon que la mission se passerait:

Source : NASA

En savoir plus >>>


Image à la une NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre