SpaceX repoussent le lancement de leur Falcon 9 Block 5

Initialement prévu le 7 mai, le lancement de la Block 5 de SpaceX devait avoir lieu ce soir. 

Cette nouvelle fusée de l’entreprise de Los Angeles devait décoller vers une orbite géostationnaire à 16:12 EDT le 10 mai 2018. Les retards ce sont accumulés et l’heure a été fixée à 17:47 EDT.

Le lancement de la Block 5, la dernière version de la Falcon 9, était très attendu. La nouvelle version de la fusée américaine a changée son apparence et aussi ses performances.

La web diffusion s’est lancé, les animateurs présente la fusée dans son ensemble. Le moment crucial approche, 1 minute avant le déclenchement de 9 moteurs Merlin D, la fusée passe en mode  »startup ». Ce mode donne le contrôle du compte-à-rebours aux systèmes embarqués de la fusée. Durant cette minute, le monstre de technologie révise chaque paramètres pour s’assurer qu’il n’y aucune erreur. Au malheur de SpaceX, leur fusée détecte une erreur à peine 2 secondes après le changement de mode.

L’entreprise a tentée de trouver la source de l’erreur le plus rapidement possible, mais sans fin. Ils ont malheureusement raté leur fenêtre de tir. Une fenêtre de tir, est une période dans laquelle la fusée peut être lancée sans interférer avec les autres satellites. Le lancement est remit au lendemain (11 mai 2018) à 16:14 EDT.

SpaceX tentera une récupération du premier étage sur sa barge  »Of Course I Still Love You » située au large de la côte est des États-Unis.


IMAGE À LA UNE : SPACEX | ÉCRIT PAR CHARLES-DAVID ROBITAILLE | NOUS SIGNALER UNE ERREUR D’ORTHOGRAPHE OU AUTRE

 

SpaceX récrient l’histoire une fois de plus

Pour SpaceX la date du 6 février 2018 marque un jour important dans leur histoire. Suite à de nombreux reports le lancement de la Falcon Heavy eut finalement lieu. Initialement prévu en 2016 et puis retard la fin 2017, le lanceur de la compagnie privé finit par prendre son envol à 15h45 EST exactement.

 

Printed on the circuit board of a car in deep space

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

À une minute du lancement nous pouvions déjà sentir la fébrilité dans le quartier général de SpaceX en Californie. C’est tout en cœur que les employés ont effectué le traditionnel compte à rebours. Le lancement est enfin confirmé quand les 27 moteurs Merlin du lanceur lourd l’allumèrent et propulsèrent la fusée vers le ciel.

 

 

T+ 00: 01: 06 (une minute et six secondes après le décollage) la Falcon Heavy atteint sa vitesse Max-Q, vitesse à laquelle la pression aérodynamique est la plus élevée sur le fuselage de la fusée, une fois passé cette étape cruciale, le risque d’échec est faible. Aucun problème n’est décelé, tout le monde est soulagé.

 

DVXbp4NUMAAdXcA.jpg

 

Deux minutes et 33 secondes après l’allumage des moteurs les deux boosters collatéraux se séparèrent de l’étage principal et effectuèrent leur  »boost back burn » procédure dans laquelle les boosters orientent leurs moteurs vers la direction dans laquelle ils vont afin d’y mettre plein gaz et pouvoir revenir se poser sur Terre.

34 secondes plus tard c’est au tour de l’étage principal d’effectuer la même manœuvre juste après avoir largué le deuxième étage de la fusée. Encore une fois l’entreprise américaine peut ajouter une autre étape du lancement dans sa liste de succès.

C’est sous la musique Life on Mars de David Bowie que la coupole se déploie nous laissant admirer la fabuleuse Tesla Roadster rouge cerise 2008 d’Elon Musk avec à son bord nul autre que le premier astronaute de SpaceX : Starman

 

 

Comme prévu SpaceX tentait, dès le premier vol, la récupération des deux boosters ainsi que de l’étage central. Une opération qui s’est avérée être un succès historique accompli par l’entreprise. De façon synchronisée les deux propulseurs collatéraux se sont posés sans encombre à quelques mètres seulement les uns des autres.

 

 

Malheureusement, ce n’est pas le même sort qui attend l’étage principal. Il s’écrase à quelques pieds de la barge suite à un problème avec deux des trois moteurs avec lesquels la fusée devait réduire sa vitesse. L’immense cylindre s’est cassé à une vitesse d’environ 480 km/h directement dans l’océan Atlantique.

On the rocket LZ

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

 

Malgré ce petit accrochage SpaceX considère ce lancement comme un succès. C’est plus tard en soirée que la Tesla de Musk effectuait sa dernière poussée vers la planète Rouge. La poussée produite est trop puissante et la Tesla ratera Mars. Elle se dirige maintenant droit sur la ceinture d’astéroïdes primaire. C’est le 6 octobre 2020 que la Tesla du milliardaire devrait frôler Mars à 18 fois la distance Terre-Lune.

 

27629453_400063033787311_5085876460609441621_o.jpg

L’entreprise prépare déjà le prochain lancement de sa fusée lourde qui serait, selon des rumeurs, prêt pour l’été 2018. On apprenait aussi dans une conférence de prélancement que SpaceX n’ouvrirait pas la porte au tourisme spatial autour de la Lune et préfère se concentrer sur la conception des BFR et BFS, les premiers tests devraient être effectués en 2019 selon Elon Musk.

 

Last pic of Starman in Roadster enroute to Mars orbit and then the Asteroid Belt

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on


IMAGE À LA UNE : SPACEX | ÉCRIT PAR CHARLES-DAVID ROBITAILLE | NOUS SIGNALER UNE ERREUR D’ORTHOGRAPHE OU AUTRE

L’heure a sonnée pour SpaceX et sa Falcon Heavy

Suivre le lancement en direct : http://www.spacex.com/webcast

Après des années d’attentes et de reports, nous voici enfin rendu au jour J. C’est demain à entre 13h30 et 16h00 (ou mercredi le 7) que le lanceur lourd de SpaceX devrait prendre son envol en direction de Mars.

Avec ses 27 moteurs Merlin la fusée aura une poussée de plus de 5 millions de livres, elle deviendra alors la fusée la plus puissant du monde en service présentement, et se classera au deuxième rang dans l’histoire de l’aérospatiale battue par la puissante Saturn V.

25487436_10160279698885131_3312353961538801450_o.jpg

La mission de l’entreprise demain sera déjà de réussir le lancement, mais aussi de mettre en transfert la Tesla Roadster rouge cerise 2008 d’Elon Musk vers Mars pour un survol de la planète.

25550611_10160289824265131_1687537698351500827_n.jpg

Si le lancement est un succès, c’est 2 autres lancements de Falcon Heavy qui devraient prendre place en 2018.


IMAGE À LA UNE : SPACEX | ÉCRIT PAR CHARLES-DAVID ROBITAILLE | NOUS SIGNALER UNE ERREUR D’ORTHOGRAPHE OU AUTRE

Il ira dans l’espace avec sa propre fusée pour prouver que la Terre est plate…

Persuadé d’un complot mondial, Mike Hughes, un Américain originaire de la Californie souhaite prouver l’inverse à la population terrestre.

C’est ce samedi en Californie, que devrait décoller l’homme de 61 ans. Sa fusée, fonctionnant à la vapeur devrait atteindre une altitude de 550 mètres avec une vitesse d’environ 850 km/h.

«Ça fait vraiment peur, mais personne ne sortira vivant de ce monde», à déclarer Hughes.

Une fois à la bonne altitude, Mike souhaite prendre des photos afin de prouver au monde que la Terre est plate.

Le lancement, initialement prévu pour février 2016, a dû être reporté en raison de diverses raisons, surtout économique, l’homme souhaitait récolter 150 0 00 $US pour la fabrication de son engin, mais il n’a reçu qu’une somme d’environ 8000 $US sur des sites comme GoFoundMe ou KickStarter.

Hughes en est pas à sa première expérience dans l’espace. En 2014, il avait réussi un vol de 400 mètres au-dessus de la ville de Winkelman, en Arizona. Toutefois, les configurations de sa fusée étaient faites en considérant que la Terre était ronde.

En savoir plus >>>


IMAGE À LA UNE : MIKE HUGHES | ÉCRIT PAR CHARLES-DAVID ROBITAILLE | NOUS SIGNALER UNE ERREUR D’ORTHOGRAPHE OU AUTRE

 

L’éclipse solaire en photos

Le 21 août dernier, l’Amérique du Nord a été plongé dans l’ombre causé par le passage de la Lune devant le Soleil. Cette éclipse, totale au centre des États-Unis, a fait l’objet de plusieurs photos et même vidéos crées par des amateurs. 

 

In this video captured at 1,500 frames per second with a high-speed camera, the International Space Station (@ISS), with a crew of six onboard, is seen in silhouette as it transits the sun at roughly five miles per second during a partial solar eclipse, Monday, Aug. 21, 2017 near Banner, Wyoming. Onboard as part of the crew are: NASA astronauts Peggy Whitson, Jack Fischer (@Astro2Fish), and Randy Bresnik (@AstroKomrade); Russian cosmonauts Fyodor Yurchikhin and Sergey Ryazanskiy (@SergeyISS); and ESA (@EuropeanSpaceAgency) astronaut Paolo Nespoli (@Astro_Paolo). A total solar eclipse swept across a narrow portion of the contiguous United States from Lincoln Beach, Oregon to Charleston, South Carolina. A partial solar eclipse was visible across the entire North American continent along with parts of South America, Africa, and Europe. Photo Credit: NASA/Joel Kowsky #sun #solareclipse #totalsolareclipse #partialsolareclipse #eclipse2017 #astronomy #heliophysics #moon #nasa #eclipse #solarsystem #science #research #nasa #space #spacestation #view #internationalspacestation #research #technology #astronomy #picoftheday

A post shared by NASA (@nasa) on

Et pour terminer, voici une vidéo du Journal de Montréal portant sur les éclipses et comment elles étaient vu par les différentes mythologies.

 

Plus d’images ici >>>


Image à la une : LaPresse | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Il y aurait beaucoup plus d’eau sur la Lune que ce que nous pensions

De nombreux examens et expériences avaient été fait dans le passé afin de découvrir des traces d’eau sur la Lune. Les scientifiques avaient conclu qu’il y avait de l’eau en quantité négligeable sur notre satellite. Toutefois, une sonde indienne vient de prouver le contraire.

Les échantillons de roches lunaires rapportées par les missions Apollo  laissaient déja sous-entendre la présence d’eaux dans le manteau lunaire. Les données recueillies par la sonde indienne Chandrayaan-1 viennent seulement confirmer les hypothèseS des scientifiques.

En savoir plus >>>


Image à la une : NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Il y a 5 ans de ça (Curiosity)

Samedi le 5 août marquait une journée importante dans l’histoire de l’exploration spatiale. 

Il y a maintenant 5 ans que le rover martien Curiosity contemple les magnifiques paysages de Mars. Pour l’occasion la NASA a publié une vidéo dans laquelle nous pouvons voir toutes les phases d’atterrissage du robot. Sous le nom de 7 minutes of Terror la vidéo de l’agence spatiale américaine a été regardée prêt d’un demi-million de fois.

Regardez la maintenant :

 

 

Visionnez les images de Mars prisent par Curiosity ici


Image à la une :  NASA | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autre

Falcon Heavy, un lancement risqué.

Lors d’une conférence, le milliardaire américain et patron de SpaceX, Elon Musk a annoncé que le lancement du futur lanceur était risqué.

Selon lui, les risques d’échec son élevé, mais serviront à améliorer le lanceur. Ils ne peuvent pas tester toutes les fonctionnalités du lanceur au sol, ils devront alors lors du vol inaugural porter une extrême attention au comportement du lanceur, c’est primordial pour l’avenir de la fusée.

Pour en savoir plus >>> 


Image à la une : SpaceX | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autres

Mars, hors de portée pour la NASA

L’agence spatiale américaine a annoncée cette semaine comme quoi Mars était hors de portée au niveau économique.

La NASA n’a pas le budget nécessaire pour atteindre la planète rouge dans les temps prévu. Le projet est donc remit et déjà, les ingénieurs travaillent sur autre chose qui pourrait être plus économique pour l’agence.

En savoir plus >>>


Image à la une : Seul sur Mars | Écrit par Charles-David Robitaille | Nous signaler une erreur d’orthographe ou autres